Un récit des événemnets de Prague

La manifestation síest formée à environ 2 kilomètres de la place de Prague où se trouve le Palais des Congrès [lieu de la réunion du FMI]. La veille, pendant líaprès-midi, une réunion de 3000 personnes au centre de convergence (« Convergence centre »), un grand complexe industriel en banlieue, avait eu lieu pour discuter des plans pour bloquer le Congrès. Les organisateurs tchèques de la manifestation (INPEG) avaient décidé de permettre aux délégués díy rentrer puis de les y bloquer en les empêchant de sortir pour une soirée spéciale à líOpéra prévue le soir.

Cependant, à cette réunion il était flagrant quíaucun plan níavait été prévu pour fermer de force la station de métro qui se trouvait de líautre côté du cordon de police. Il était plus quíévident que ce serait pourtant le moyen quíutiliseraient les délégués pour aller et venir (et en effet les médias ont rapporté quíils se sont échappés par cette voie). Le blocus prévu serait certainement inefficace mais la réponse de l'INPEG aux questions à propos du métro était que nous ne pouvions le fermer de force parce que les citoyens ordinaires avaient aussi besoin de se déplacer.

Ceci a conduit les anarchistes à se réunir ce soir-là en dehors de la réunion prévue pour le Bloc bleu. Il fut décidé que nous prendrions la tête du bloc bleu et que, plutôt que de nous fixer sur le point de blocage prévu (qui nous aurait mis dans une position vulnérable entre des falaises et une rivière), nous irions marcher aussi près que possible du Palais des Congrès puis nous tenterions díenfoncer de façon non-violente les lignes de police. Napoléon disait quíun plan de bataille níest jamais valable au-delà du premier contact avec líennemi, nous le verrons plus loin. [Original article in English] [German translation]




The convergence center for S26 Prague

A view of the convergance centre on the Saturday before the protest composed of three joined pictures. The open building on the left is where the final assembly of 2,000 took part on the Monday, the central building behind the trees and vans was used to prepare banners and the building on the right was used for lots of smaller meetings (eg individual blocks) and also as an information centre. All weekend there were cops on the road this picture is taken from checking peoples passports on their way to and from the centre. [Source: author]

A la tête du Bloc jaune, il y aurait le groupe italien Ya Basta qui fut bloqué 24 heures à la frontière parce que la police a voulu arrêter quatre díentre eux qui se trouvaient sur la liste (du FBI) des personnes ayant participé aux manifestations de Seattle. En solidarité, 1000 personnes qui étaient avec eux ont alors déclaré que soit tout le monde passait la frontière, soit ils resteraient tous là et commenceraient à construire des barricades sur les voies. La police des frontières a alors été forcée de céder et lundi, tard, les Ya Basta sont arrivés. Comme le Bloc anarchiste, ils avaient líintention díessayer díenfoncer les lignes de policiers. Ils étaient venus avec une trentaine dí « armures » rembourrées et des casques que porteraient les personnes en première ligne pour supporter les coups de la police.

Il y avait trois Blocs principaux de couleur, bleu ? jaune et rose, chacun étant chargé de bloquer les points díaccès dans différents endroits autour du Palais des Congrès. Il se trouvait au sommet díune colline escarpée surmontant la ville et qui était difficile díaccès en de nombreux points à cause des falaises. En plus, nous savions que nous avions en face 11 000 policiers avec un équipement anti-émeutes, des chiens, des grenades flash, du gaz lacrymogène et des canons à eau.

Some scenes early on Tuesday as people gather for the protest. [Source: author]

Views of the start

Les deux blocs bleu et jaune avaient à leur tête des groupes qui avaient signifié leur intention díenfoncer les lignes de police. Les roses qui avaient le chemin le plus long mais un accès bien plus facile rassemblait des pacifistes et le gros des partis léninistes.

Départ de la manifestation

Lorsque nous nous sommes réunis sur la place, il était évident que les 20 000 et plus manifestants espérés ne seraient pas là, même si nous étions probablement plus de 12 000 (dans ce compte-rendu, jíai du mal à donner des chiffres précis, jíai vu le reportage díun gros média qui parlait de 15 000 et díautres de 5 000). Les roses allaient prendre la tête de la marche, suivis par les jaunes puis les bleus. Lorsque nous atteindrions le premier point, la marche continuerait et les bleus se sépareraient pour rejoindre la zone du Palais des Congrès située à côté de la rivière. Après, la même tactique verrait les jaunes partir par derrière et prendre une seconde route vers le Palais, laissant les roses continuer pour en arriver à encercler líarrière.

Blue block starting to form at S26 Prague

The head of the Blue block starting to form up before moving out onto the road. Visable faces have been blurred in this picture and it is composed of two pictures taken 5 secs apart joined along the vertical blurred line. FSA-IWA banner (left) reads "Anarchist communism - an alternative for world in crisis", AFA Germany banner (centre) reads "Resistance knows no borders"
[Source: author]

Jíavais décidé de marcher avec le Bloc anarchiste qui était en tête du groupe bleu (en fait il était composé par une majorité díanarchistes). La tête du cortège était tenue par les anarchistes tchèques, suivis par ceux des autres pays de líEst, ce qui faisait environ un millier de personnes en tout. Tenant des banderoles sur un côté de la marche, derrière ceux de líEst, prenaient place les anarchistes de tous les pays de líOuest et un grand nombre díautonomes allemands. Ce bloc anarchiste comptait au moins 3000 personnes mais il est possible que nous ayons été jusquíà 5000. Une estimation exacte est difficile à faire parce que du devant je ne pouvais jamais voir líarrière du Bloc et quíil níest pas facile de compter des gens qui forment des blocs aussi compacts. Il y avait en tout cas beaucoup de monde derrière le bloc anarchiste et bien sûr au moins un millier díanars qui avaient choisis de marcher avec leur groupe affinitaire dans díautres parties de la marche. Ce dernier nombre est peut-être plus important et est basé sur le nombre de drapeaux anarchistes, de badges et de vêtements qui les identifie que jíai vu dans díautres sections [jaune et rose].

A la tête de la section bleue, nous devions marcher en rangs compacts en formant une chaîne, les banderoles déployées devant et sur les côtés de la marche. Afin de ne pas dévoiler leur identité, la plupart des manifestants étaient masqués, ce qui offrait en plus un début de protection contre les gaz lacrymogènes. Ceux de devant avaient également des casques de chantier et beaucoup portaient des masques à gaz. Six ou sept rangées derrière se trouvait une équipe médicale, équipée de masques à gaz et de casques car nous níespérions pas que la police respecterait les croix rouges voyantes marquées sur leurs sacs et cartables.

Jíavais choisi de ne pas porter de masque et de discuter avec les journalistes désirant faire des interviews sur le pourquoi de notre marche díaujourdíhui ? en faisant clairement comprendre que cíétait seulement ma vision et que nous níavions pas de porte-parole. Jíavais déjà parlé au contre-sommet le week-end, cíest pourquoi cela me semblait être la contribution la plus utile qui pourrait être amenée dans les débats. Cela signifie que je peux rapporter les événements avec plus de précisions que des participants plus actifs.

Ce jour-là, le WSM [Workers solidarity movement, dont fait partie líauteur] et les autres groupes anarchistes distribuaient 5000 exemplaires díune déclaration internationale anarchiste signée par plusieurs groupes à travers le monde. Elle explique pourquoi nous prenions part aux actions à Prague et quelles alternatives nous avions. Le texte complet de cette déclaration a été distribué en quatre langues (dont le tchèque) 1. http://flag.blackened.net/revolt/inter/s26.html

Anarchists at S26 protests Prague

The blue block continues to form up on the road, note the IS/SWP placards with the tops(party name) torn off, a common feature in this section of the march, this visable section is mostly Eastern European anarchists [Source: author]

Un mauvais point à signaler est que beaucoup de partis léninistes avaient choisis de venir à Prague avec des drapeaux rouges ornés du marteau et de la faucille. Ainsi, les médias tchèques savaient quelles photos ils mettraient en première page puisque ces drapeaux associés à líoccupation soviétique et à líancien régime peuvent difficilement être populaires. Lorsque le Bloc jaune síest formé devant nous, les anarchistes díEurope de líEst ont accueilli chacune de ces bannières avec un chant qui peut facilement être traduit par « le bolchévisme cíest du fascisme ! ». Je níai pas fait chorus à cause de la difficulté de chanter dans une langue que je ne connais pas et parce que je ne crois pas que cette équation soit exacte même si dans le contexte de líEst il síagit díune réaction compréhensible.

Lorsque la marche a démarré, notre Bloc a chanté toute une série de slogans, la plupart en tchèque mais aussi certains en français, anglais et espagnol. Les plus populaires étaient « solidarité internationale », « smash, smash, smash the FMI » et « no pasaran ». Cíétait très impressionnant díêtre au sein de ce bloc massif díanarchistes composé de personnes venues de tous les coins díEurope en marchant vers ce que nous savions être un dur affrontement avec la police.

A líassaut de la colline

Le Bloc bleu síest mis en route, les drapeaux bleus en tête, la banderole rouge sur le côté pour restreindre le mouvement díentrée et de sortie du bloc à partir des côtés. La plupart des lignes jusquíau drapeau noir cerclé díun A étaient composées de Tchèques, ensuite venaient quelques centaines de polonais. Derrière eux suivaient des gens díEurope centrale et de líest puis, sans ordre précis, des allemands, des suédois, des grecs, turcs, espagnols, anglais, français, belges, italiens, etc.

Black block starting to march

The Blue block starts to march, the blue flags and banner are at the front, the red banner forms a side to the block to restrict movement into and out of the block from the side. Most of the fron back to the Black flag with the circled A is made up of Czechs, that flag marks the start of a couple of hundred Polish anarchists. Behind them come more Central / Eastern Europeans and then in no particular order Germans, Swedes, Greek, Turks, Spainards, Britons, French, Belgians, Italians, etc. [Source: author] Below a view of the march minues the front section as it leaves the square (the twin towers of the church are in the background) - this picture is from indymedia

Blue block leaves square

Dans les faits, la police nía pas réagit et nous approchions de plus en plus près de líimmeuble du FMI. Finalement, nous nous approchions díune colline escarpée menant au Palais, à 300 mètres en contrebas díune barrière derrière laquelle on pouvait voir la police anti-émeute. Sur notre droite, une construction de quatre étages sur la rue, sur notre gauche un parc ouvert en entonnoir dont líextrémité la plus large se trouve au sommet de la colline. Nous gravissons rapidement la colline puis nous nous arrêtons à 30m des lignes de police. Là, nous attendons une minute pour permettre à tout le monde de se regrouper et pour enlever les banderoles sur les côtés. A ce moment, les non-combattants (y compris moi) ont bougé dans le parc. Puis le front a chargé.

Au cours des minutes suivantes, rang après rang, les gens se sont lancés contre les boucliers anti-émeutes avant de remonter sur le côté pendant que le rang suivant se lançait à son tour à líassaut. Le mur de protection a commencé à ployer puis a cédé et les manifestants ont fait une percée jusquíà la crête de la colline, peut-être à moins de 100m du Palais. La police a sorti son canon à eau et la première grêle de grenades-flash a détonné parmi les premiers rangs. Puis une charge de matraques a forcé ceux qui avaient escaladés les barrières à battre en retraite avant quíils ne soient pris au piège.

Lorsque la charge de matraques a atteint les barrières, elle fut accueillie par une grêle de pavés et par des manifestants armés de barres et protégés avec des casques. Plus nombreux furent les manifestants qui traversaient le parc et qui ont commencé à escalader le mur du Congrès où à essayer de défoncer les portes de ce mur. Certains observateurs ont précisé quíau moins une partie díentre eux y sont parvenus et ont été repoussés par la police anti-émeutes à 50m seulement du Palais.

Pendant ce temps, au sommet de la colline une bataille furieuse était menée par les anarchistes. La police tirait salve après salve de gaz lacrymogène suivi de lancers de grenades-flashs sur les rangs compacts en contre-bas. Le canon à eau arrosait en permanence de droite à gauche les premiers rangs. Du parc surplombant la route, je pouvais voir un grand drapeau anarchiste au centre de la mêlée, trempé et imprégné de gaz lacrymogène mais refusant de baisser pavillon. Une seconde charge massive a repris, faisant reculer les policiers avant díêtre à son tour repoussée lorsque la police a utilisé deux véhicules blindés légers et a contre-attaqué. Une demi-douzaine de cocktails Molotov ont volé sur les lignes de police ce qui les a stoppé un instant mais a eu peu díeffet parce quíils portaient des combinaisons ignifugées.

Un match nul se mettait en place, la police était repoussée à chaque fois quíelle essayait díavancer par des manifestants armés de barres à mine et par des jets de pavés. Les grenades et les lacrymos pleuvaient, le bruit interrompant les discussions à líintérieur du château [Palais des Congrès]. Au fur et à mesure que la bataille faisait rage le long des barrières, de plus en plus de manifestants remontaient vers líarrière, blessés ou souffrant des effets des gaz lacrymogènes. Sur les lignes de front, on pouvait voir les manifestants portant des casques de policiers et brandissant des boucliers et des matraques pris à líennemi.

Pendant ce temps, quelque part au-dessus de nous, la tête du cortège jaune avait atteint les lignes de police. Le collectif italien Ya Basta en tête síétait préparé à enfoncer les lignes ennemies avec des protections corporelles. Ceux qui sont intéressés trouveront de nombreux compte-rendus là-dessus. Líautre tentative de percer les lignes de police a été conduite par le cortège « rose et argent » qui, bien que moins important en nombre, a réussi à prendre la police par surprise et à franchir leur ligne à au moins une occasion. Le cortège rose qui est parti le premier du square ne semble pas avoir fait beaucoup díeffort pour ce faire ó la plupart des groupes léninistes qui en faisaient partie, espéraient probablement en étant dans la première partie du cortège montrer leurs banderoles aux médias. Ce cortège a sûrement été moins fort parce que les léninistes de « Socialistes Internationaux » [International Socialists] ont menti sur le nombre de personnes quíils amèneraient au rendez-vous prévu. Ils avaient estimé à 2500 personnes leur contribution au cortège rose mais étaient en fait 1000 ce jour-là, ce qui a obligé les bleus à envoyer du renfort (voir après).

Blue block ready to charge

Above: The blue block prepares to charge, this is almost certainly the second or subsequent charges as the police barriers are already scattered and a haze of tear gas is in the air to the left of the picture. The police line is out of view to the left. All these pictures show the battle at the top of the hill [Source: Indymedia]

Below: The blue block charging the police as viewed from the side, the police line is beyond the man in the red press top on the left, the park is visable beyond the block. [Source: Indymedia]

Blue at top

Le sommet de la colline dont síoccupait le Bloc bleu devenait une sérieuse impasse. Certains manifestants ont tenté de trouver une solution sur les flancs de la ligne étroite de la police anti-émeute en traversant une épaisse plantation de pins qui bordait le mur du parc.

Ils en ont été chassés par une volée de grenades-flash et de gaz lacrymo, tirées dans les arbres à bout portant. De toute façon, il est apparu quíen passant par le parc, un groupe díenviron cent personnes avait réussi à briser une porte du mur et à pénétrer dans les cinquante mètres autour du Palais avant de se replier, pourchassés par la police anti-émeute équipés de chiens.

Sur la gauche, líassaut frontal contre les forces de police ne progressait pas à cause du canon à eau. De plus en plus de personnes refluaient avec des blessures. Une brèche síest ouverte entre les lignes de keufs et les manifestants, qui tentaient ainsi de rester juste hors de portée du canon à eau, avançant de temps à autre pour lancer violemment des pavés ou de la peinture sur le pare-brise du véhicule pour essayer de líaveugler.

La police anti-émeute est entrée dans cette brèche et le canon a suivi derrière eux, ouvrant un nouvel espace de tir au sein duquel la police síest précipité. Il y en avait assez pour quíils tentent leur première charge massive du jour contre les gens du parc [dont la plupart regardait plutôt que de participer]. Comme prévu, la plupart des gens firent une retraite rapide à líarrière du parc, puis síensuivit une bousculade plus que dangereuse en descendant une pente raide et boisée. La méthode en question consistait à utiliser líarbre en dessous de soi pour arrêter sa descente sans se cogner à la personne qui avait également bondi dessus.

A ce moment, je suis retourné à líintersection en bas de la vallée pour constater que quelques centaines de policiers anti-émeute bloquait líautre côté de la rue. Pendant que la bataille continuait à faire rage autour de la route qui mène à la colline, je suis resté à líintersection plus bas en regardant les événements qui síy déroulaient.

Au départ, une centaine de personnes assises sur la route faisait face à cette seconde escouade de police. Il y avait un danger évident : si les keufs chargeaient, ceux qui se battaient sur la colline se retrouveraient isolés. Certains manifestants ont commencé à arracher des panneaux et des arbres dans le parc et à construire une barricade en face de ceux qui étaient assis. Díautres manifestants en ligne faisaient face à la police, mais sans líattaquer.

Dans le même temps, un train transportant du béton était arrivé sur les rails parallèles à nous en formant un nouveau mur le long du parc en bas dans la vallée. Il fut arrêté et des manifestants líinvestirent puis détachèrent des wagons, réussissant ainsi à bloquer une partie de la voie ferrée.

Water cannon

Above: Police and water cannon facing the blue block. The edge of the sign on the bottom right is the same sign that can be seen in the pictures above at bottom left. The blue ball in the centre had been pushed from the start point to the top of the hill. The central flames are one of the half dozen molotov cocktails that were thrown. [Source: Indymedia]

Below: Again the same bit of street, a little bit later. Two Amoured Personnel Carriers have come up to protect the watercannon (the top of which is visable to the rear). The riot police have sought cover in the trees beyond the APC's. [Source: Indymedia]

APCs advance

De retour à líintersection, une rivière díeau commençait à couler de la colline jusquíau coin où les détonations permanentes de grenades et les nuages réguliers de gaz confirmaient que la bataille furieuse continuait. Sur la route transversale, la barricade croissait et, en fait, une seconde barricade était en train díêtre élevée dans le parc où les deux routes se rejoignent. Sur la première barricade, quelques manifestants brandissaient des drapeaux anarchistes et quelques morceaux díéquipement de la police en direction des lignes de police. Les vitrines de tout ce qui ressemblait à une banque ou un bureau díassurance derrière la barricade était détruites et les manifestants grimpaient dedans et en ramenaient toujours plus de matériel pour les barricades.

Pendant ce temps derrière la colline, les équipes médicales promulguaient les premiers soins sur les blessures apparentes et bien sûr les doigts cassés et parfois aussi les bras. Jíai entendu quíon a conseillé à une personne de se rendre à líhôpital. Atteints moins gravement, une partie des gens qui avaient été au cúur des tirs de gaz devaient donc laver leurs yeux avec de líeau. Un infirmier du cortège bleu a laissé un commentaire sur le site d'Indymedia avec lequel je suis díaccord à propos de la « discipline » et de la coopération remarquables entre ces anarchistes venus de toute líEurope et díailleurs. Mais le rôle de líéquipe médicale a été héroïque, en particulier parce quíil est évident que la police leur avait réservé un « traitement spécial ». Jíai discuté avec un infirmier qui, alors quíil aidait un type de cinquante ans habitant dans le coin et touché par les gaz lacrymo, avait été visé et touché plusieurs fois par le canon à eau lorsquíil essayait de líaider. Plus troublant encore, il mía dit quíune ambulance avait refusé díemmener le vieil homme à líhôpital.

Pendant les manifestations du week-end, on mía montré à plusieurs reprises des policiers en civil. Une fois quíils étaient remarqués, leurs vêtements les trahissaient à coup sûr. Dans le parc, jíen ai observé trois derrière les manifestants, qui furent virés par un groupe díactivistes dès quíils furent repérés. Plus tard, des journaux ont publié des photos de plusieurs de ces civils habillés comme des manifestants (y compris avec de vieux passe-montagnes) et arrêtant des gens. Des rumeurs provenant díautres cortèges ont insisté sur le fait que plusieurs de ces flics ont commencé les destructions contre la propriété ce jour-là, dans des cortèges « calmes ». Je níai pas díidée sur la véracité de ces rumeurs, mais il est sûr quíils étaient très présents.

La barricade sur la rue transversale a été mise en feu pour contenir la police. A ce moment, des nouvelles sont arrivées que líune des portes de la section rose níavait pas été bloquée et quíils demandaient du renfort pour le faire. Cela nous entraînerait dans un trajet long et quelque peu vulnérable vers un côté du Palais des Congrès entre une falaise et une rivière. Le groupe de musique vêtu de noir, líanarchist Samba band, síest formé et a réuni peut-être trois cent personnes pour tenter ce blocage. Cela a provoqué des dissensions parce que ceux qui restaient trouvaient que tout le monde devait rester où ils étaient et défendre les barricades en place.

Repli provisoire

Peu après leur départ, líavant du canon à eau a fini par apparaître en bas de la colline. Il avait fallu près de deux heures à la police anti-émeute pour faire reculer de deux cent mètres les manifestants sur une colline escarpée vers le bas. Maintenant, ils avaient pourtant atteint líarrière du parc, où la ligne de chemin-de-fer et la falaise tendent à faire de notre chemin de repli un entonnoir à col étroit.

Lorsque des centaines de keufs anti-émeute ont commencé à se rassembler du côté du bout large, nous avons entamé un lent repli qui a failli tourner en déroute lorsquíils ont chargé, parce que personne ne voulait se faire prendre dans le bouchon qui ne manquerait pas de se former du côté étroit de líentonnoir. Comme la charge était aussi menée en diagonale, ceux qui se trouvaient du côté des rails avaient peur de se retrouver coincés.

Map of battle

This map gives an approximation of the route I took (Black line with arrows). We arrived at the top left side of the map and advanced up the hill to the centre left Blue box at around 1pm. By around 3.30pm we had been pushed off the hill and the front had penetrated to the centre right blue box with a series of barricades built along the route of the railway line (line that crosses river at top left). Some time after this we marched down to the river and around the centre nearly reaching the centre (below) at around 4.30pm. This is where the pink march should have been. Finally we moved to the bottom right and from there back towards the city centre. The dotted line that runs past the centre on the right hand side is the dual carrigeway, the 'Yellow' box at the top is the point on the bridge reached by 'Ya Basta'. This all happened far above our heads. The M beside the centre is the metro station used to ferry the delegates out to the suburbs under the protesters.

En réalité, après une brève panique, de nombreuses personnes ont ralenti à nouveau pour marcher, même si à mon avis cíest à ce moment là quíun millier de personnes ont décidé quíelles en avaient assez et ont décidé de rejoindre le centre ville. Une fois que líextrémité étroite du parc fut franchie, la tâche de construire des barricades fut reprise. Jíai décidé de bouger en bas vers le blocage de la route sur la rivière, en partie dans líespoir de trouver de la nourriture parce que je níavais encore rien mangé ce jour-là.

Ceci níétait pas possible parce que tous les magasins du coin étaient fermés et je níavais pas envie de traverser les vingt keufs visibles sur les trois-cent mètres de route qui me ramèneraient en ville pour en trouver un díouvert. Notre nombre avait maigrit à vue díúil et environ cent personnes préparaient un blocage sans trop y croire et élevaient une barricade sur la route. A un endroit, un groupe poussait une voiture pour ce faire, líabsence de roues semblait signifier quíelle était abandonnée. Ils voulaient la retourner sur le toit mais les autres ont refusé, en disant quíelle était aussi utile à líendroit et que comme ça le propriétaire la retrouverait avec seulement peu de dégâts. A la fin, elle est restée ainsi et plus tard, lorsque nous avons été forcés díabandonner le coin, quelquíun a taggé « désolé » sur le pare-brise.

Après être resté là un moment pour me reposer, je me suis dirigé vers le bruit de líexplosion des grenades où un épais voile de fumée mía indiqué que líaction continuait. Je me dirigeais vers le parc du côté de la ligne de chemin de fer mais un petit groupe venant en sens inverse nous a averti quíil ne restait rien díautre que des barricades en feu et des centaines de flics anti-émeute de ce côté. Je suis retourné à líintersection à hauteur du pont ferroviaire au moment où une centaine de personnes arrivait en déboulant de líautre côté de la ligne de chemin de fer.

En fait, deux carrefours plus loin, la police avait défoncé une autre barricade et groupe était en train de battre en retraite. A líintersection suivante à cent cinquante mètres de là, on pouvait voir une centaine díautres personnes construire rapidement une autre barricade, cette fois en utilisant des panneaux publicitaires qui avaient été décrochés des murs. Ensuite vint une scène surréaliste : une grand-mère dans une Skoda défoncée est arrivée vers nous, contournant prudemment les manifestants. Elle a atteint une barricade qui líempêchait díaller plus loin et, examinant les barricades en feu dans les rues à sa droite et celle vers la rivière à sa gauche, a préféré faire demi-tour.

Le groupe a ensuite entamé une discussion rapide sur la suite des événements. Il était évident que líendroit où ils étaient serait bientôt pris et quíils seraient conduits vers la rivière. Des nouvelles sont arrivées disant que le blocus avait été brisé partout ailleurs (il était environ 15h30). Je pense que cette nouvelle était fausse ou liée au secteur rose qui restait perméable). La plupart des gens souhaitait se regrouper et se diriger vers la ville plutôt que de se faire serrer. La discussion síest arrêtée lorsquíune limousine est soudainement apparue à moins de cinquante mètres dans une rue latérale. Environ cinquante personnes líont suivie et comme il convenait de quitter rapidement ce chemin, ils líont rattrapée avec des pavés et líont frappée avec des bâtons. Le débat reprit.

Ils ont décidé de díabord chercher la section du Bloc bleu menée par le groupe de Samba vers la rivière car ils craignaient dans le cas contraire díen être coupés dès que la police atteindrait la rivière. Un cycliste síest dirigé du côté des barricades en feu pour dire à ceux qui síy trouvaient quíils se retiraient et ils ont bougé vers le groupe de la rivière. Pendant ce temps, un flux constant de personnes síétait replié en ville, cíest donc moins de deux cent personnes qui ont entamé la longue marche entre la rivière et la falaise au sommet de laquelle trônait le Palais du FMI.

Attaque du Palais des Congrès

Le congrès du FMI se tenait sur une falaise élevée à notre gauche, à líintérieur díune vieille forteresse. A notre droite coulait la rivière et devant nous une route menait à celle-ci en passant sous une voûte en pierre. Lorsque nous nous sommes approchés de cette arche, nous avons aperçus deux personnes sur son sommet, à peut-être cent mètres au-dessus de nous. Ceux de devant ont commencé à chanter « sautez, sautez ! », díabord en anglais puis en tchèque, lorsquíils ont remarqué quíil síagissait de deux flics, certainement postés là au cas où certains auraient tenté díescalader le rocher abrupte. Au-dessus de nous, un hélicoptère de la police tournait, signalant probablement notre position à ceux du sol.

Comme il y avait la barricade derrière nous, on était sûr quíil níy avait pas de voitures, seuls un ou deux groupes díhabitants nous regardait passer. Après environ un kilomètre et demi, nous avons atteint une bifurcation qui contournait la colline par la droite, vers le Palais des congrès, et qui traversait un quartier résidentiel. Ici, les rues étaient calmes, le climat sympa et chaleureux, et peu après nous sommes rentrés dans un supermarché, ce qui a permis aux gens de se recharger en eau et nourriture. Líeau que jíavais utilisée pour nettoyer les yeux des gaz lacrymo était épuisée, et le temps étouffant avait rendu cette marche assoiffante.

Gas is in the air

Above: This view is looking straight up the hill towards the spot in the last four pictures. The heavy haze of tear gas is in the air and people seem to be retreating calmly down the hill. [Source: Indymedia]

Below: Concussion grenades and tear gas explodes amongst protesters, to the right it appears a barricade has been constructed although this may also be the barrier in front of the police [Source: Indymedia]

Stun grendades

Notre petite colonne continuait à monter la colline, pénétrant maintenant clairement dans le secteur assigné aux Roses après la rivière, mais jusquíà présent nous níavions pas rencontré de manifestant. Finalement, en haut de la colline, nous vîmes un autre petit groupe, juste après une série de petits immeubles résidentiels. Alors que nous approchions de líentrée de celles-ci, des voitures de luxe ont accéléré et se sont engouffrées dans une rue de côté. Rétrospectivement, il síagissait sûrement de délégués utilisant la dernière entrée non bloquée.

Jíétais trop épuisé pour porter plus díattention sur ce qui se passait et je me suis effondré sous un arbre. Un gars en vélo a dit à tout le monde que la route qui venait de derrière le pâté de maisons était la dernière entrée non-bloquée du Congrès du FMI. Quelque peu réticent, jíai suivi la petite bande sur la route bien quíà cet instant je pensais que la chose la plus sage était de partir avant que la police ne se déchaîne contre notre groupe en décomposition.

Après environ deux cent mètres, la route atteignit la crête de la colline et conduisait droit au Palais. Ce fut la première fois que je le vis distinctement, cette fois plus ou moins sur la même plan que moi, et non pas en haut díune colline infranchissable. Il était à deux cent mètres. La seule chose qui nous séparait de lui était une seule rangée de barrières de police de líautre côté de líintersection, cent mètres plus loin.

Cette vue était suffisante pour que la centaine de personnes masquées charge la mince ligne de police. Ils se sont arrêtés et ont regardé pendant deux secondes puis ont tourné et couru, jusquíà líhôtel à côté du Palais, et on tourné avant de disparaître. Sachant quíune contre-attaque massive était inévitable, jíai marché jusquíà líintersection et légèrement au-delà. Ceux qui étaient devant ont atteint líhôtel, à quelques mètres du Centre et ont commencé à jeter des pavés sur le bâtiment et sur les délégués qui regardaient dehors depuis le balcon de líhôtel. Plus tard, quelquíun mía dit quíil avait même été jusquíau Palais des Congrès.

Up the street

Above: This view again looks up the street towards the fighting at the top. This is perhaps 45 minutes into the confrontation, I've enhanced the top central section of the picture to make the tear gas in front of the trees more visable. To the right behind the trees a steep hill leads into the park. [Source:Author]

Below: This level street is parallel with the street above the bulk of the fighting. A large block of riot police have advanced down it, threatening to cut off the people if the street in the picture above. The congress centre is visable at the top of the hill at the end of the street. The picture near the start of the blue block charging from the side was presumably taken from the street at the end by the trees that connects [to the right] with the street where the fighting was taking place. The two are only about 50m apart. [Source: Author]

Riot line in Prague

Derrière moi, quelquíun à líintersection a hurlé « vite, la police revient ». Je suis retourné à líintersection et au moins plusieurs centaines de flics anti-émeute arrivaient en trottinant vers nous. Derrière moi, ceux de líhôtel revinrent à toute allure dans la rue et je ne fus pas long à les rejoindre. Lorsque jíai regardé derrière mon épaule, jíai vu un canon à eau venir à toute allure du coin de líhôtel et des centaines díautres policiers. Au bout de la rue, ils ont été rejoints par la police anti-émeutes que nous avions vu trottiner en provenance díune rue latérale.

Líun des gros désavantages de la police anti-émeute cíest que leurs protections les empêchent de courir vite sur de longues distances. Toute la journée, les gens couraient ainsi sur cinquante mètres puis síarrêtaient pour vérifier síils étaient toujours poursuivis ó ce type de tactique permettant quíils ne nous mettent pas en déroute plus tôt dans la journée. Ainsi, nous avons passé le coin et atteint le haut díune voie très longue, très raide et herbeuse qui longeait les immeubles pour nous ramener à notre point de départ. En se retournant, à moins de cinquante mètres, le canon à eau et tous les keufs síétaient arrêtés pour inonder les alentours.

Jíai suivi un chemin qui zigzaguait en descendant le long des banques avec quelques autres. Lorsque la police anti-émeute eut atteint le sommet de la colline autour de nous, ils ont commencé à jeter des grenades flash et à tirer du gaz lacrymo plus bas vers nous pendant que nous descendions la pente. Nous avons atteint le bas et cherché le prochain endroit vers où courir, avec quelques personnes qui níattendaient pas et se dirigeaient droit devant elles dans la rue qui conduisait directement loin du bâtiment.

Rencontre avec les pacifistes

Une fois que les choses se sont calmées, nous avons à nouveau remonté la route vers líintersection qui mène à celle du Palais, mais des centaines de policiers étaient visibles en haut de celle-ci. Là, nous avons rejoint quelques sections manquantes du Bloc bleu, y compris le groupe de Samba anarchiste, et collectivement nous avons décidé que nous devions bouger de là avant que la police ne parvienne jusquíà nous. Alors que nous remontions la colline, nous avons commencé à rencontrer quelques membres du cortège rose qui nous précisaient quíils avaient un blocus non-violent sur la route à double-sens qui mène au Palais. Le pont que Ya Basta tentait de forcer à leur façon était la même route à double-sens, mais de líautre côté du Palais.

Il y eu un moment tendu lorsque la partie du Bloc bleu est arrivée à cet endroit, la plupart étant masquée, portant des drapeaux anarchistes et des pavés. Le blocus pacifiste níétait díévidence pas intéressé par la venue de ces éléments qui brisaient líatmosphère amicale quíils avaient créée avec la police ; à notre arrivée, ils ont dit : « síil vous plaît, asseyez-vous ? pas de violence ». Quelques uns des types les plus chauds en tête du cortège bleu jetèrent des pavés au-dessus des têtes des pacifistes assis sur la route, sur la ligne des Robocops. Heureusement, ils furent rapidement retenus par les plus calmes du cortège bleu avant que la police puisse utiliser ceci comme prétexte pour charger.

Une dispute a alors éclaté entre les éléments les plus énervés des Bleus et les leaders du sitting pacifiste. Il semble quíil síagissait de Léninistes dispersés à líarrière de leur groupe et de nombreux jeunes Suédois devant le nôtre. Comme je pensais que cíétait un peu excessif de les embrouiller au nom díune confrontation violente dont ils ne voulaient pas et que jíétais complètement épuisé, jíai décidé de míasseoir avec eux au moins pour un instant.

Bien que les choses soient restées tendues un moment, plus aucun projectile ne fut jeté. Le moment le plus tendu fut probablement lorsque quelquíun crétin dans la foule pacifique a commencé à chanter en chúur « Give peace a chance » 2. Je sentais que cela provoquerait à coup sûr une réaction des gens qui venaient de passer quelques heures à se faire maltraiter par les gaz lacrymogènes, les grenades flash, les matraques et les chiens. Mais par chance, ils ont arrêté de chanter et ont commencé à chanter des choses plus cool. Certains des éléments les plus bagarreurs des Bleus ont bougé par la droite et ont disparu pendant que les drapeaux anarchistes sont restés en bas de la route un moment. Les pacifistes ont repris les incantations « pas de violence ? síil vous plaît asseyez-vous » pendant un long moment mais ils ont semblé au fond assez ravis que la menace immédiate ait disparue.

Hors de vue sur notre droite, il se passait díévidence quelque chose parce quíon pouvait entendre les mêmes chants et quíensuite de grandes escouades de police anti-émeute courraient derrière la barrière pour revenir des minutes plus tard.

Je suis resté avec la manifestation pacifique une demi-heure, en partie parce que la police a soudainement sorti un canon à eau et remplacé les policiers à casques blancs de devant par des grappes de Robocops portant des casques noirs. Jíai supposé à ce moment-là que ces casqués de noir étaient une sorte díescouade plus puissante et je me suis dit que je resterais ici et me ferais arrêter si nécessaire síils chargeaient les pacifistes.

Les chefs de la section rose pacifiste se sont avancés et ont parlé à des chefs de la police anti-émeute. Puis ils ont annoncé quíil y avait une réunion sur le côté et que chaque groupe díaffinité devait envoyer un porte-parole. Les flics se sont un peu relâchés et ont repris la pose en stand-by plutôt que « prêt à charger » quíils avaient quelques minutes plus tôt. Puis les flics en casques noir furent changés et remplacés par ceux à casques blanc. A ce moment, les pacifistes ont commencé une véritable salve díapplaudissements ? je suis forcé díassumer que cíétait pour la police !! Díévidence, le bruit constant des grenades et les nuages de gaz lacrymo venant des autres secteurs ne les avaient étrangement pas détournés de leur attitude amicale envers les flics.

Plus tard, jíai su quíil y avait eu des négociations sur un des blocus à un endroit pour permettre aux restaurateurs et autres travailleurs de sortir du Palais. Je suppose que cíest probablement ce que jíavais vu, mais jíai levé le camp au moment où tous ces applaudissements míont persuadé que ce níétait pas vraiment avec ces gens que je voulais me faire arrêter.

Cíest à peu près à ce moment que líhistoire a commencé à circuler que la police avait dit aux délégués que comme ils ne pouvaient garantir leur protection au centre ville, le spectacle à líOpéra de cette nuit-là était annulé. Comme líobjectif prévu par le blocus était díarrêter la représentation à líOpéra, nous avions réussi ? non pas comme cela serait arrivé à líaide de sitting non-violents (les délégués seraient partis en métro), mais en harcelant la police.

Confrontations en centre ville

Alors que je continuai ma longue marche dans le centre ville, jíai rencontré à nouveau le Bloc bleu, menant cette fois une bataille rangée dans une rue latérale qui menait à une artère principale avec une ligne de tram. Les effectifs étaient remontés jusquíà peut-être trois cent personnes, mais cela semblait encore un nombre ridiculement petit pour síattaquer à onze mille policiers anti-émeute.

De líautre côté de líartère principale, un grand nombre de tchèques observaient le déroulement de líémeute. Tout à coup, en bas de la route, une voiture a fait une embardée visant de manière délibérée un groupe de manifestants. Probablement une attaque díun fasciste, ils traînaient depuis le début du week-end à líaffût de victimes potentielles. Quelle quíen eût été la cause, les effets en furent intéressants. Les tchèques de líautre côté de la route ont commencé à hurler en montrant du doigt la voiture, ce qui a permis au petit groupe qui déterrait des pavés un peu plus haut de lapider la voiture alors quíelle tentait de síenfuir. Après cela, les manifestants ont tordu les barrières qui séparaient la rue du trottoir et les ont déplacées pour bloquer la route. Cíest à ce moment-là que jíai vu un pacifiste chronique déclarer en anglais (díaprès líaccent, cíétait un américain) à une équipe de télévision que tout ces « autonomes » níavaient rien à voir avec la manif, un couplet qui sera repris plus tard par certains des organisateurs de líINPEG. Au même moment, à quelques centaines de mètres, une centaine de ces « autonomes » qui avaient probablement poussés du sol en une nuit continuaient la bataille contre la police.

Vers cette heure-là, la nuit commençait à tomber et il nous apparut quíil valait mieux abandonner le blocus avant líarrivée inévitable de la police anti-émeutes. LíAnarchist Samba Band réapparut et tout le monde leur emboîta le pas. Quelque chose díintéressant síest produit, le nombre de manifestants marchant vers le centre ville a augmenté jusquíà réunir 2000 personnes environ, sous les seules bannières visibles : les drapeaux noirs.

Abandonnant les barricades, nous marchions sur le centre ville en formant une longue colonne. Devant, la Samba Band jouait (très bien) et les rues sans voitures transformaient la marche en un carnaval victorieux. Lorsque nous passions devant les immeubles résidentiels, de chaque côté de la rue des gens se mettaient au balcon pour regarder cette étrange procession, pas mal de personnes nous faisaient signe. Ma fatigue disparut díun coup, nous avions líimpression de contrôler la rue et cíétait vrai : plus aucun flic visible aux alentours, seul líhélicoptère continuait à survoler la ville.

Alors que la nuit síinstallait, un cracheur de feu se mit à líúuvre à líavant du cortège pendant que le groupe de musique embrayait sur des rythmes plus souples. Pendant les breaks, la foule levait le poing en líair en criant « Hey ! ». Lorsque nous croisions un tram, les conducteurs faisaient sonner leur cloche et líensemble en venait à ressembler aux films díEisenstein. De chaque côté du cortège, des individus masqués cassaient les vitrines de chaque banque rencontrée mais líesprit de confrontation qui avait régné toute la journée faisait place à un sentiment de joie victorieuse

Après une longue route, nous sommes arrivés en haut de la place Wenceslas où le Mac Donaldís fut rapidement attaqués par certains, en tête du cortège. Il y eut ensuite une brève retraite, suivie díune charge lorsque nous nous sommes rendu compte que les flics qui avaient chargé étaient seulement une vingtaine. Les gens s'éparpillèrent ensuite sur la place, se mêlant aux tchèques, aux touristes et aux autres manifestants qui síy trouvaient. En haut de la place, la terrasse du Musée National était remplie de badauds qui voulaient regarder ce qui allait se passer.

Quelques temps après notre arrivée, un cortège composé díune centaine de personnes est arrivé de la rue qui menait en haut de la place. Ils furent díabord accueillis par des cris díenthousiasme avant que nous réalisions que ceux qui étaient au premier rang scandaient « non à la violence ! » et avaient fait probablement tout ce chemin depuis le blocage des roses pour nous policer. Ils furent complètement ignorés et ça mía amusé de voir des clones du pacifiste chronique que jíavais vu en train de parler à líéquipe de télévision, faire leur show pour les caméras, debouts devant le Mc Donaldís comme síils le protégeaient. Un exercice absurde puisquíil níy avait plus rien à protéger.

Jíavais décidé quíil était líheure de rentrer et je me dirigeais vers la station de métro en bas. Ce que nous ignorions, cíest que le FMI avait décidé de programmer líOpéra dans une nouvelle salle, le Centre des expositions. Ce plan fut découvert, et un certain nombre de manifestants organisèrent des embuscades avec des bombes de peinture sur le chemin de la salle, ce qui conduisit à líannulation définitive de líOpéra. Le FMI et ses protecteurs venaient díessuyer une double humiliation.

Lorsque nous avons atteints le milieu de la place, nous avons vu des rangées de casques blancs rentrer par le bas et commencer à charger vers nous. La bagarre avec la police qui avait été longtemps attendue allait enfin avoir lieu, les délégués étaient rentrés dans leurs hôtels et la police était déterminée à arrêter et tabasser tous ceux qui traînaient pour se venger. Nous avons donc pris la fuite par le haut et la décision de nous échapper par la première route que nous trouverions.

Nous avons battu en retraite avec assez díavance sur la police anti-émeute pour le faire calmement. Nous avons dépassé le bloc pacifiste qui était toujours devant le musée à scander « non violence ». En passant, jíai glissé à ceux qui étaient au bord quíils feraient mieux de se tirer vite fait avant líarrivée des keufs. Pour ce conseil, jíai reçu des regards perplexes et hostiles, et comme je níallais pas traîner pour argumenter, je suis parti.

A quelques centaines de mètres de là, je me suis retourné au moment même où une salve de gaz lacrymogènes et de grenades-flash síabattaient sur le perron du Musée National, à líendroit où les tchèques et les pacifistes se tenaient. Un tchèque avec lequel je me trouvais mía fait remarquer que cíétait la première fois que cela se produisait depuis líinvasion russe de 1968. Il était vraiment temps de rentrer !

 


Ce récit irlandais est sorti dans la semaine qui a suivi ces événements. Nous avons traduit « stun grenades » par grenades flash.

1 Le signataire français de ce texte est Alternative Libertaire France. Les autres sont notamment le Worker solidarity movement (WSM, Irlande), la Fédération anarchiste anglaise, líOrganisation révolutionnaire anarchiste Solidarita (Tchéquie) ... Voir AL no90, octobre 2000

2 « Donne une chance à la paix ». Il síagit díune chanson de John Lennon de 1971 à propos de la guerre du Vietnâm.

[Texte paru en anglais en trois parties sur a-news les . Il a été traduit par S. et C.C. en français puis publié dans Cette Semaine ní82 - BP 275 - 54005 Nancy cedex. Les intertitres sont de nous] "Cette Semaine" n°82, janvier/février 2001 (adress : Cette Semaine / BP 275 / 54005 Nancy cedex / France)

Réunion préparatoire

[Original article in English] [German translation]

  


Like what you are reading?  Get a notification whenever we post a new article to

Anarchist Writers via Facebook or Twitter

where you can also like and comment on our articles